Nouvel élan pour la Ludothèque

La Ludothèque de Lévis n’aura finalement pas à se dissoudre, faute de relève dirigeante. Une vingtaine de personnes de la région ont pris part, le 8 mars, à l’assemblée générale extraordinaire de l’organisme, rencontre qui a permis de combler tous les postes disponibles sur le conseil d’administration de la Ludothèque.

En rappel : Difficultés à la Ludothèque

Rappelons que dans les dernières semaines, la présidente sortante du conseil d’administration de l’organisme, Eponine Pauchard, songeait sérieusement à l’option de la dissolution en raison du manque d’administrateurs. En effet, cinq des sept sièges du conseil d’administration étaient vacants, plusieurs membres de l’instance ayant mis fin à leur implication pour des motifs professionnels ou personnels.

«Nous en avons discuté avec un spécialiste et il nous a conseillé de dissoudre l’organisme si personne ne veut s’impliquer pour le faire fonctionner. C’est peut-être que la communauté n’a pas vraiment de motivation ou de besoin», mentionnait alors Mme Pauchard.

Toutefois, l’assemblée générale extraordinaire a permis à plusieurs personnes de la région de démontrer leur attachement pour la Ludothèque. Au final, sept membres ont alors déposé leur candidature pour occuper l’un des cinq sièges disponibles sur le conseil d’administration.

De plus, des dirigeantes de la Maison de la Famille Rive-Sud (MFRS) ainsi que des membres du conseil d’administration de cet organisme lévisien ont proposé une autre option aux personnes présentes à la réunion. Elles ont alors suggéré que des membres du conseil d’administration de la MFRS soient élus à tous les postes disponibles, dans le but d’étudier un projet de fusion entre les deux organismes ou d’autres possibilités pour sauver la Ludothèque.

«Pour collaborer avec la Ludothèque sur certaines instances, je dirais qu’il est important que ses activités se poursuivent pour la population lévisienne. Nos missions sont complémentaires et nous tenons à vous exprimer notre volonté de collaborer avec vous pour que l’organisme se maintienne», a soutenu Sylvianne Poirier, la directrice générale de la MFRS.

Finalement, la grande majorité des membres ont préféré décliner cette proposition lors d’un vote, élisant plutôt comme nouveaux administrateurs Pierre Moreau, Alexandra Fenton, Marianne Plante, Jennifer Bernier et Émilie Dion. Ils se joignent à Antoine Outreville et Michael Guay, les deux administrateurs qui n’avaient pas quitté leur poste.

Plusieurs défis

Et le nouveau conseil d’administration de la Ludothèque aura déjà du pain sur la planche. À court terme, si la situation financière de l’organisme est relativement saine et qu’une demande est en cours pour obtenir le statut d’organisme de bienfaisance pour faciliter sa recherche de financement, le comité devra embaucher un nouveau coordonnateur, la coordonnatrice actuelle ayant trouvé un emploi à temps plein et permanent. De plus, le groupe devra gérer le prochain marché aux puces de la Ludothèque, qui se déroulera à la fin avril.

À plus long terme, le nouveau conseil d’administration devra réfléchir sur l’avenir des deux marchés aux puces organisés par la Ludothèque, sa principale source de revenus. Dans les dernières années, les profits ont été moindres, en raison de la multiplication de ce type d’événements dans la région et les ventes en ligne.

Notons en terminant qu’une séance de remue-méninges a eu lieu lors de l’assemblée générale extraordinaire. Les membres présents ont alors suggéré de faire connaître davantage la Ludothèque auprès d’organismes voisins, dans les garderies et dans les écoles de la région, de promouvoir davantage les jeux disponibles pour les adultes ainsi que d’organiser des soirées thématiques.

Article écrit par : 

Source : http://www.journaldelevis.com/1073/Communaut%C3%A9_.html?id=21238

Les commentaires sont fermés